18 novembre 2013

La frontière dans la bande dessinée - Victor Hugo Aux Frontières de l'Exil

Victor HUGO

Aux Frontières de l'Exil

Esther GIL et Laurent PATURAUD
Editions CANAL BD
Collection LES TOILES DE CANAL BD

aux frontières de l'exil


 

Septembre 1853. Victor Hugo est en exil sur l'île de Jersey. Passionné de spiritisme, le poète assiste régulièrement à des séances de tables tournantes jusqu'au jour où le fantôme de sa fille, Léopoldine, morte tragiquement noyée lui apparaît.

Dès lors, le poète est hanté par des visions nocturnes lui intimant de faire la lumière sur le drame. Accident ou meurtre ? Victor Hugo sort de son exil et se lance dans une enquête qui le mènera jusque dans les mystères du ventre de Paris. Là, au péril de sa vie, il découvrira un univers peuplé d'âmes sombres, qui lui inspireront la formidable épopée humaine des Misérables et quelques-uns de ses combats politiques. Cette aventure, bien qu'imaginaire, est inspirée de faits réels. Victor Hugo fut un fervent abolitionniste et a "réellement" communiqué avec le spectre de sa fille lors de séances de spiritisme.

Laurent Paturaud est un féru d'histoire et de peinture, notamment les grands mouvements artistiques du 19ème siècle. La période, les personnages et les décors ont été particulièrement documentés, ce qui donne à ce livre un cadre historique réaliste. Le scénario d'Esther Gil est sublimé par un trait fin et une maîtrise des atmosphères pour une histoire entièrement réalisée à la palette graphique. La scénariste a tenu à utiliser une importante documentation pour ce récit, qu'elle soit écrite ou visuelle pour mieux s'imprégner d'une époque et ajuster les détails au plus proche de l'Histoire.

 

 Texte et Images tirés de la page http://www.bdnet.com/catalogue_detailpara_Victor-Hugo-T1-...

08 juin 2013

La frontière dans la littérature - Hermès - La Revue

Murs et frontières

Hermès - La Revue - n° 63
Septembre 2012
CNRS Editions
Coordonné par Thierry Paquot et Michel Lussault

Page source : http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1648

Thierry PAQUOT
En lisant Georges Simmel

 

Georg Simmel soutient la thèse suivante : la frontière est la traduction spatiale d’une délimitation sociale. Aussi convient-il d’interpréter toute frontière à partir de sa propre détermination sociale. L’être humain ne cesse de fabriquer des frontières comme autant de manières de se lier ou de se délier aux autres, lui-même est une frontière qui se reconfigure socialement au point d’apparaître comme sans frontière. La situation territoriale de chacun révèle en fait sa position relationnelle avec autrui.

25 mai 2013

La frontière dans la bande dessinée - Marc BOURGNE

La dernière frontière

Marc BOURGNE


 

 

Etre libre / Dernière frontière

En octobre 1990, j’étais un jeune enseignant de vingt-trois ans lorsque j’ai envoyé à quatre éditeurs (Dargaud, Casterman, Le Lombard et Dupuis) La Grande terre, un récit de 46 planches que je venais d’écrire et de dessiner en quatre mois. Cette histoire n’était pas vraiment un coup d’essai pour moi : bien que non professionnel, je passais, depuis mon adolescence, chacune de mes vacances d’été à confectionner des récits en bande dessinée.t1_reed_gf1-212x300.jpg Cette occupation ne me distrayait cependant pas outre mesure, puisqu’elle ne m’a pas empêché de décrocher, en 1989, une maîtrise d’histoire. Mon mémoire était entièrement consacré à l’Alaska, ce qui était une première, à l’époque, en France.

Les sirènes de l’enseignement n’ont pas réussi à me faire oublier mon premier amour : la bande dessinée. Lorsque Didier Christmann de  Dargaud (le seul des quatre éditeurs précités à m’avoir répondu !) m’a proposé, fin 1990, de publier La Grande terre, je n’ai pas hésité une seconde et j’ai démissionné du poste de professeur d’histoire-géographie que j’occupais depuis septembre pour me consacrer entièrement à mon mode d’expression favorite.

La Grande terre est devenu en 1992 le tome 1 de ma première série baptisée, sous l’impulsion de l’éditeur, Etre libre. Ses héros sont deux adolescents qui ont d’énormes difficultés pour communiquer, tant sur le plan familial que sentimental : Andy, issu des classes moyennes, subit les sautes d’humeur d’un père abusivement autoritaire, pendant que Flo, d’origine très modeste, est une orpheline à la limite de l’autisme qui se réfugie dans le dessin pour fuir les assauts d’une réalité trop difficile à accepter… Outre son aspect psychologique, Etre libre est surtout une série d’aventure, avec pour décor les étendues sauvages de l’Alaska (et celles du Texas dans le tome 3). La série s’arrête au moment où Andy et Flo entrent dans le monde adulte.

Après son retrait du catalogue Dargaud, Etre libre a fait l’objet, entre 2002 et 2004, d’une réédition aux éditions Carabas/Theloma sous le titre Dernière frontière.

 Texte et Images tirés du site http://www.marcbourgne.fr/

15:15 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marc bourgne |  Facebook |